Notre Paroisse

Alors que le synode national de l'Eglise Protestante Unie de France s'est terminé, les médias et les réseaux sociaux relaient abondamment une des décisions prises lors de ce synode : la possibilité d'accompagnement liturgique des couples de même sexe.

Cette décision ne laissera pas indifférents celles et ceux qui fréquentent l'Eglise, qui la soutiennent, qui adhèrent à sa vocation et à son message, ou qui sont simplement en chemin.

Certains seront dans la joie, d'autres ressentiront de la tristesse, de la colère, de l'incompréhension ; malgré les 18 mois d'échanges, de discussions, de réflexion, de cheminement.

 

Comme l'a rappelé le président du conseil national de l'EPUdF, Laurent Schlumberger, ce qui se joue essentiellement à travers cette question, c'est la notion de fraternité.

Il ne s'agit pas d'être en deuil, ou au contraire de manifester une joie exubérante qui manquerait de respect à ceux qui ne se sentent pas rejoints par le sens de cette décision, deux travers qui fleurissent trop souvent sur les réseaux sociaux.

Le défi est ailleurs.

Il réside à mon sens dans notre capacité à accueillir l'autre dans sa différence, j'oserais dire malgré sa différence.

En quoi puis-je voir dans celui ou celle qui n'a pas les mêmes convictions que moi, un frère, une sœur en Christ ? Est-ce qu'accepter ou refuser de bénir un couple de même sexe fait de moi un décadent progressiste, ou au contraire un rigide réactionnaire ?

Est-ce que malgré nos différences, nous ne sommes pas appelés avant tout à être des porteurs de bénédiction, les uns pour les autres ?

L'enjeu pour notre Union d'églises ne se situe plus tant dans l'acceptation de bénir ou de refuser de bénir, mais dans notre capacité à accueillir l'Autre, Dieu, qui est toujours différent de ce que nous pouvons en dire.

L'enjeu, c'est de pouvoir extraire de nos existences les traces de la rencontre avec Celui qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer en dire et penser.

L'enjeu se situe dans notre capacité à vivre ensemble dans une mutuelle compréhension les uns des autres : l'enjeu c'est la communion, par-delà les peurs (cf notamment 1 Jean 4, 7-21).

 

Nicolas Rocher

NB : Cette réflexion est purement personnelle et ne saurait engager que son auteur.

 

Retrouvez ici la décision adoptée par le Synode nationalécision adoptée par le Synode national

Bienvenue !

Derniers articles

Ressources de la chorale
Ressources de la chorale

Vous trouverez ici, classé par ordre alphabétique des titres de chants, les ressources disponibles [ ... ]

2016, un nouvel orgue pour le temple

                        &nbs [ ... ]

1517 – 2017 : Pau, cité européenne de la Réforme...

En 1517, Luther affiche ses « 95 thèses ». Aujourd’hui, en 2017, nous avon [ ... ]

Un visage, une vie : Suzanne


Suzanne, depuis quand es-tu à Pau, et depuis quand fréquentes-tu la paroisse ? J [ ... ]

Un camp KT aux allures de jeu de rôle

XVIIème siècle, en France. 30 jeunes huguenots... 4 dragons haineux aux bottes du Ro [ ... ]

MISSION A … DJIBOUTI

Djibouti : petit pays semi-désertique, situé dans la Corne de l’Afrique &ag [ ... ]

Vivre Noël avec les résidents de l’EHPAD« Les Foy...

Décembre est un mois très chaleureux à l’EHPAD « Les Foyers&nb [ ... ]

Fête de Noël

18 décembre 2016 Lorsqu’en septembre nous avons affiné le calendrier des &eacut [ ... ]

D'autres articles :