Vie Paroissiale

Tous les ans nous allons à Boeil Bezing pour participer à la veillée de Noël. C’est une tradition que nous aimons bien.
D’abord parce que « Boeil Bezing » déjà c’est un drôle de nom qu’on aime bien répéter en prenant l’accent Béarnais.
Ensuite parce que pour aller à Boeil Bezing on prend des petites routes et une fois papa a enlisé la voiture dans un chemin  boueux. On a eu peur car il faisait nuit, très froid, le chemin était totalement perdu entre des champs et des bois et personne ne passait. Heureusement Papa a poussé la voiture et maman a pu la sortir des ornières. Depuis, à chaque fois qu’on part pour Boeil Bezing on repense à ce moment et ça nous fait rire. On espère que ça va nous arriver encore une fois (sauf papa).
Et puis quand on arrive à Boeil Bezing par la route principale, on se trompe toujours avant de trouver finalement le petit chemin qui part vers le temple.
Enfin on gare la voiture et on file vers le petit temple. C’est toujours la surprise de voir tant de monde blotti là. Ca fait un drôle de contraste entre le noir et le froid du dehors et la lumière et le monde du dedans.
Cette année ça faisait pareil. Pour une fois, on est arrivé un peu en avance : Papa commence à connaître la route... Du coup nous avons distribué les feuilles à l’entrée du temple, c’était l’occasion de dire bonjour à des gens qu’on ne connaît pas et aussi à ceux qu’on connaît.
On a bien aimé la veillée. C’était très animé : on se levait pour chanter puis on s’asseyait puis à nouveau debout, chant et assis. C’était vivant. Et la musique du début était très entrainante (Maman croit se rappeler que c’était une chanson de Johnny Halliday : « Allumez le feu »). On ne connaissait pas tous les chants mais on connaissait la plupart des airs, on les avait déjà entendus.
Pour les histoires, celle que nous avons préférée c’est celle que Thibault a racontée : l’histoire du petit chat qui regardait Jésus dans la crèche.
Maman a bien aimé le thème de la source : Noël comme un retour à la source, un moment de se souvenir de ce qui est important, de retrouver nos racines au creux de nos souvenirs.
Alors quand Nicolas, le pasteur, nous a demandé de bien vouloir raconter nos souvenirs de Noël, on n’a pas osé prendre la parole devant tout le monde, mais on est sur que tout le monde s’en est souvenu d’au moins un, dans sa tête. C’était comme si chacun d’entre nous revenait justement à sa source.
Ensuite on s’est régalé de petits gâteaux et de jus de fruits chez Monsieur et Madame Pèes !


Apolline, Esther, Corentin, Aurore et Richard BONNEVILLE

Bienvenue !

Derniers articles